Vous êtes ici : Accueil

Publié le 13 Avril 2015 à 16:54

Médias : le PSG impose à Adrien Rabiot de rendre son décodeur Canal+

Le conflit entre le PSG et la chaîne cryptée s'accentue : à la demande de son employeur, Adrien Rabiot a été contraint de rendre son décodeur Canal+ dans les plus brefs délais...

Tags : Ligue1, PSG, Paris, Canal, Rabiot, Adrien, Boycott, Football

Auteur : Guillaume Blanc

Suite à la sanction infligée à Zlatan Ibrahimovic par la Ligue de Football Professionnel, le Paris Saint-Germain a pris la décision de ne plus parler à ce fidèle diffuseur de la Ligue 1 jusqu’à la fin de la saison. Si cette mesure peut paraître excessive, le club de la capitale n’hésite pas à aller plus loin puisque tous les salariés des Rouge & Bleu ont pour consigne de boycotter cette chaîne, qu’importe qu’ils soient stagiaires, intérimaires, simples employés ou footballeurs professionnels. « Aujourd’hui, il n’y a pas seulement L’Emir qui ne parle pas à Canal+ : une clause a été rajoutée en ce sens à tous les contrats de travail pour éviter toute dérive », nous a assuré Yann Guérin, l’attaché de presse du club, lorsque nous avons réussi à le joindre par téléphone au bout de la soixante-douzième tentative de la journée.

 

Si au premier abord la consigne est de ne pas parler à Canal+, le Paris Saint-Germain impose aussi à l’ensemble de son personnel de ne pas verser un centime à cette chaîne en étant abonné. Pire, ils n’ont plus le droit de visionner un programme Canal+, même en clair. Selon nos informations, Ernst & Young, un cabinet d’audit, a été mandaté par le club pour éplucher toutes les factures de ses salariés et veiller à ce qu’ils ne soient plus clients chez Canal+. En cas de manquement, la sanction peut aller de l’avertissement avec AR jusqu’à la mise à pied puis au licenciement. La première victime pourrait se nommer Adrien Rabiot. Quand ce n'est pas sa mère Véronique qui est constamment sur son dos, c'est au tour du Paris Saint-Germain de s'immiscer dans sa vie privée. En effet, le jeune milieu parisien a dû rendre sur le champ son décodeur Canal+ afin de ne pas être considéré comme un collabo auprès d'un média hostile à la ploutocratie qatarie et prendre le risque de se faire tondre le crâne. « Je suis blasé : je n'ai plus le droit de regarder le film du premier samedi du mois sur Canal+ », nous a confié le numéro 25 des Rouge & Bleu, qui était inquiet à l'idée de devoir changer ses habitudes sexuelles dès le mois prochain. Pour lui remonter le moral, Ezequiel Lavezzi a d’ores et déjà prévu de le prendre sous son aile pour lui montrer qu’il y a une vie derrière l’écran de télévision…

 

Si Adrien Rabiot est devenu footballeur, il sait qu'il doit en grande partie sa carrière à Canal+ et à sa fabuleuse grille des programmes. Le Parisien explique s'être abonné à cette chaîne avec ses premiers euros glanés en guise d'argent de poche. À l'époque, il avait été conquis par Clara Morgane, qui présentait alors le génialissime Journal du hard. Mais, contrairement à beaucoup de Français qui payent pour cette chaîne, Adrien Rabiot ne s'abonne pas pour ses programmes culturels et la diffusion de manifestations sportives. « Si je ne m'étais pas abonné à Canal+ pour ce magazine, je n'aurais jamais eu l'idée que je pourrais gagner ma vie en tapant dans un ballon », nous confesse Adrien Rabiot, qui se voyait plutôt faire une carrière de hardeur à temps plein. Mais grâce à Pocho, son collègue de travail, il a vite compris qu'il valait mieux être footballeur et traîner en boîte avec toutes les michtonneuses de la capitale : ce serait sensiblement le même métier, mais la grille des salaires n'est pas vraiment la même…

 

 

Crédit photo : © L’Épique | Article lu 31892 fois

Dans le même theme

OM - Bielsa : « Margarita Louis-Dreyfus a confondu Thauvin avec un ramasseur de balle du club »

Comment Carlo Ancelotti a recruté Thiago Silva au PSG alors qu'il souhaitait Philippe Mexès

Mondial 2022 : le Qatar prépare un effectif de stars pour gagner la coupe du Monde

Commentaires

L'épique 21

Articles les plus lus

L'épique magazine - La une du jour