Vous êtes ici : Accueil

Publié le 28 Mai 2015 à 14:23

Roland-Garros : allergique à la poussière, Maria Sharapova refuse de rejouer sur terre battue

Maria Sharapova fait tout pour se mettre le public de Roland-Garros à dos. Après avoir refusé de s’exprimer en fin de match pour cause de voix cassée, la diva russe s’est fendue d’une déclaration qui a mis le feu aux poudres. Princesse Maria ne veut plus jouer sur terre battue. À Roland, c’est embêtant...

Tags : Maria, Sharapova, Roland, Garros, Terre, Allergie, Tennis

Auteur : Antoine Sillières

Décidément les organisateurs des internationaux de France ont fort à faire en 2015 avec les exigences de leurs têtes d’affiche. Après s’être arraché les cheveux avec les exigences de Novak Djokovic souhaitant démarrer ses matchs avec un set de retard pour plus de challenge, Gilbert Ysern doit gérer un nouveau caprice de star. Maria Sharpova refuse de rejouer sur terre battue. Alors que la beauté nordique a refusé de prendre le micro de Cédric Pioline à la suite de sa victoire au premier tour, elle a sauté sur celui de l’Epique juste après sa seconde victoire.

 

« Roland-Garros ou pas, je ne jouerai plus sur terre battue », a fulminé Maria. « Déjà qu’elle a la voix cassée, Maria Sharapova ne va pas jouer au milieu de toute cette poussière orange qui lui pique la gorge », a-t-elle poursuivi à la troisième personne. Allergique à la poussière, à ses dires, Maria aurait vécu l’enfer lors de sa victoire sur Diatchenko (6-3 6-1), ce mercredi. Un désagrément insupportable, et inéquitable, selon elle. Évoquant sa «santé fragile», la numéro deux mondiale voit cette allergie comme un handicap, qui l'oblige à plus d'efforts. Son mérite n'en serait que plus important selon elle. La Russe va jusqu'à remettre sa présence au troisième tour. « En plus, toute cette poussière est très salissante pour ma tenue blanche… Vivement Wimbledon » s'agace la diva.

 

Lui opposant le règlement du tournoi et la tradition de l’ocre parisien, un journaliste, en ITT depuis, a d'ailleurs reçu une gifle monumentale, et une soufflante mémorable. « Quelle tradition ? Je vous en foutrai moi de la tradition. C’est moi la tradition ici ! », a grondé la double vainqueur du grand-chelem parisien. Sa colère oscillant entre l’Anglais et le Russe, elle enchaîne : « Pourquoi croyez-vous que les gens viennent voir jouer les filles ? C’est pour Maria Sharapova ! Pendant la quinzaine, même la tour Eiffel est moins populaire que moi. Tout le monde me photographie... la raison pour laquelle je n'ai plus envie de jouer sur terre battue. Je ne veux pas de photos de moi où l'on me voit éternuer, ou avec le nez qui coule ! Même si aucune de mes photos ne peut être loupée, je veux être dans la meilleure des situations possibles. Pourquoi ne pas prendre le tapis rouge qui a servi pendant le Festival de Cannes pour le poser devant moi afin que je ne risque plus d'être allergique ? C'est une idée que devraient considérer les organisateurs. » L’organisation a intérêt à filer droit.

 

 

Crédit photo : © L’Épique | Article lu 18280 fois

Dans le même theme

Open d'Australie : pris de nausées, Nadal avoue avoir passé la nuit à boire en discothèque

Le tennis masculin français touché par une malédiction qui l'empêche de gagner des titres

L'explication des doigts d'honneur de Tommy Robredo sur Andy Murray

Commentaires

L'épique 21

Articles les plus lus

L'épique magazine - La une du jour