Vous êtes ici : Accueil

Publié le 24 Août 2015 à 11:32

Nibali : « Je ne pouvais pas m'arrêter pour pisser, la voiture m'a donc traîné pour que je me soulage »

Deux jours de course et déjà un tournant dans la Vuelta 2015. Vincenzo Nibali a été exclu par les commissaires de course pour s'être accroché à la voiture de son directeur sportif. L'Italien n'a pas fait dans la dentelle puisqu'il a été filmé en pleine tricherie par un hélicoptère de la course. Mais le cycliste a son explication...

Tags : Velo, Cyclisme, Espagne, Tour, Triche, Voiture, Nibali, Autres

Auteur : Belaro

Dimanche, la journée de Vincenzo Nibali n'a été qu'un concentré de galère, de frustration et de malchance. Le pire s'est produit à 30 kilomètres de l'arrivée lorsque le Requin de Messine a été pris dans une chute collective. À alors débuté pour lui une course marathon pour tenter de rattraper le peloton. Mais avec une minute de retard, l'Italien n'a rien trouvé de mieux à faire que d'attendre la voiture de son directeur sportif, d'accrocher son bras à la portière et de se laisser remonter sans effort. Malheureusement pour lui, sous l’œil des caméras et des milliers de téléspectateurs qui regardaient la course en même temps. Difficile de ne pas passer à côté.

 

À l'arrivée, Vincenzo accusait le coup, mais a tout de même accepté de réagir au micro de l’Épique lorsqu'il a appris qu'il ne serait pas au départ demain. « C'est vrai que j'ai été traîné sur 200 mètres par la voiture du directeur sportif. Mais il le fallait. Cette journée a été très compliquée pour moi. Lorsque j'ai été pris dans la chute collective, j'ai vu le peloton s'envoler. Et malheureusement, malgré l'aide de mes coéquipiers, je n'ai pas réussi à le rattraper. Mon directeur sportif, Vino (Alexandre Vinokourov) m'a alors parlé dans les oreillettes pour me dire qu'il arrivait à ma hauteur pour que je puisse prendre l'aspiration. Le truc, c'est que je ne pouvais même pas suivre la voiture. Ça fait deux jours que je suis en souffrance sur le vélo à cause de problème urinaire à répétition. 48 heures que je n'arrive plus à aller aux toilettes, sûrement à cause du jus d'orange de bienvenue qu'on nous a offert dans le premier hôtel. J'avais beau boire cinq litres d'eau par jour, rien n'y faisait. Jusqu'à ce foutu 30e kilomètre aujourd'hui. Au début, je me suis dit que j'allais me mettre sur le côté et enfin me soulager dans le fossé. Mais après j'ai pensé que j'allais prendre encore plus de retard. Alors quand la voiture est arrivée à côté de moi, j'ai dit au mécano de me passer une bouteille vide pour que je puisse pisser. C'est tout. Je l'avoue et je m'en excuse, j'espère que vous me comprenez... je ne pouvais pas m'arrêter pour pisser, la voiture m'a donc traîné pour que je me soulage, c'est humain, logique, je n'aurais jamais dû être exclu... »

 

Une version qui peut paraître crédible, mais dans ce cas, pourquoi la voiture a-t-elle accéléré ? Le leader d'Astana avait là aussi une explication pour le moins... déconcertante. « Je suis un grand timide et j'avoue que ça me dérange quand il y a du monde autour de moi dans les toilettes. Lorsqu'il y a des contrôles, j'exige tout le temps de passer après les autres coureurs et surtout qu'on fasse reculer tout le monde de 30 mètres, sinon, je n'arrive pas à me concentrer. Là, j'ai pris sur moi et j'ai demandé au chauffeur d'accélérer pour que je fasse mes petites affaires un peu plus loin. 200 mètres, c'était pas mal, surtout que j'ai rempli l'équivalent d'un litre de San Pellegrino. C'était ça, où je me faisais dessus. J'avais prévu de la ramener en guise de preuve à la fin de la course, mais un supporter me l'a arrachée à dix kilomètres de l'arrivée. Je suis dégoûté de ne plus pouvoir aider l'équipe. Cette épreuve va me laisser un goût de pisse dans la bouche pendant encore longtemps (rires amers). »

 

Nibali exclu, Astana a donc perdu son leader. L'équipe kazakhe devra désormais s'en remettre à Fabio Aru et Mikel Landa pour jouer le classement général. Du côté de l'Italien, on espère que ses problèmes urinaires vont rapidement s'estomper. Une chose est sûre : il ne devrait pas retoucher à un jus d'orange avant quelque temps...

 

Crédit photo : © L’Épique | Article lu 28908 fois

Dans le même theme

Mondial Handball : les joueurs Français se lancent des défis en plein match pour éviter l'ennui

JO 2022 : le Qatar entre dans la course après le désistement soudain de la Norvège !

Lance Armstrong « Tout petit déjà je balançais mes camarades, dénoncer ma femme était logique »

Commentaires

L'épique 21

Articles les plus lus

L'épique magazine - La une du jour