Vous êtes ici : Accueil

Publié le 03 Novembre 2014 à 20:37

Bastia : Makélélé a adoré son expérience de Gentil Organisateur

Recruté par Bastia au début de la période estivale pour animer l’équipe de football locale, Claude Makélélé a été prié par sa direction de bien vouloir rentrer chez lui maintenant que tous les touristes sont retournés sur le continent. Pas rancunier, il garde malgré tout un excellent souvenir de ses quatre mois à Furiani...

Tags : Ligue1, PSG, L1, Bastia, Makelele, Football

Auteur : Guillaume Blanc

Comme tous les jeunes de son âge, Claude Makélélé adore l’été, car c’est la période de l’année où il peut travailler tout en restant au soleil. Alors, quand Pierre-Marie Geronimi l’a contacté pour lui proposer un poste de Gentil Organisateur dans le petit club du SC Bastia, l’ancien capitaine du Paris Saint-Germain n’a pu résister à la proposition et a rapidement sauté sur l’occasion. « Franchement, j’aurais été con de refuser ce boulot : 50.000 euros par mois, logé, nourri et blanchi pour jouer au football avec des potos, y a pire comme boulot. J’aurais pu me retrouver dans un McDo à préparer des hamburgers », souligne Claude Makélélé, qui a bien conscience qu’avec sa tête et ses diplômes, c’est une chance inouïe d’atteindre une telle rémunération à la fin du mois.

 

Pour sa première expérience en tant qu’entraîneur d’une équipe de football, Claude Makélélé assure avoir pris beaucoup de plaisir dans ce qu’il faisait, estimant même que cela a peut-être réveillé en lui une vocation. Fort de ses quatre premiers mois de CDD à la tête du SC Bastia, il reconnaît que l’appétit lui est venu en mangeant et qu’il aimerait bien retenter l’aventure dans une autre ville touristique, de préférence en bord de mer plutôt qu’à la montagne. « J’ai quelques pistes. J’espère pouvoir faire une pige au Club Med d’Agadir ou dans un centre Pierre & Vacances à Ibiza », nous confie l’ex-pensionnaire de l’équipe de France, qui ne veut surtout pas nous en dire davantage, car il paraît que ça porte la poisse.

 

En plus d’être logé, nourri et blanchi aux frais de la princesse, Claude Makélélé assure que la Corse est une destination ô combien sympathique pour tous les célibataires de France, mais pas de Navarre, ni du Maghreb. Il raconte avoir rapidement trouvé ses repères dans cette nouvelle ville qu’il ne connaissait pas du tout et pense qu’il n’a pas beaucoup perdu au change en quittant les soirées mondaines de la capitale pour se poser en terrasse face à la mer. Là-bas, il n’oubliera jamais toutes ces merveilleuses rencontres, ces aventures humaines avec Cindy, Paola, Noémie, Clara, Pauline, Olivia, Cindy II, Pamela, Sabrina et tant d’autres. « J’ai adoré mon aventure sur l’Ile-de-Beauté qui porte si bien son nom. Toutes les semaines, des filles absolument magnifiques descendaient du ferry pour s’amuser dix ou quinze jours. C’est parfait pour vivre un petit flirt de vacances sans rupture difficile », s’émerveille celui qui se fait surnommer l’Anaconda de Kinshasa en faisant défiler dans un coin de sa tête ces souvenirs gravés à jamais pour l’éternité.

 

Néanmoins, le seul point noir que retiendra Claude Makélélé de son expérience en Corse, c’est surtout le coût de la vie. Lui qui a déjà vécu à Londres par le passé sait que la vie est souvent chère sur une île, mais il ne s’attendait certainement pas à claquer 7€ pour de la pâte à tartiner. « Bastia, c’est sympa. Mais j’ai souvent eu mal aux fesses quand je voulais m’acheter un petit pot de Nutella. Heureusement, là-bas, les cigarettes sont moins chères : ça aide pour démarrer à fumer », remarque Claude Makélélé, ravi malgré tout de ne pas avoir fait un trou dans son budget.

 

Crédit photo : © L’Épique.fr | Article lu 8552 fois

Dans le même theme

Le coiffeur de Paul Pogba arrêté pour trafic illégal d'animaux

Chelsea : l'homme repoussé dans le métro était Kurt Zouma qui voulait profiter de l'ambiance

Ezequiel Lavezzi fera partie du jury de l'élection de miss France 2015

Commentaires

L'épique 21

Articles les plus lus

L'épique magazine - La une du jour