Vous êtes ici : Accueil

Publié le 20 Mars 2015 à 10:02

Blessé dans son égo, Abou Diaby veut quitter le football pour se mettre à la pétanque

Le milieu de terrain français d’arsenal, Abou Diaby, enchaîne les blessures depuis de trop nombreuses années. Lassé par le monde du football, le joueur a accepté d'évoquer dans une interview exclusive sa possible reconversion. Reportage...

Tags : Blessure, Arsenal, Diaby, Wenger, Abou, Petanque, Football

Auteur : Cupidôn

C'est à Monaco cette semaine que nous avons retrouvé Abou Diaby qui était du voyage avec son club Arsenal pour rencontrer l'AS Monaco lors des huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Blessé actuellement, il a tout de même tenu à venir avec ses coéquipiers pour les pousser vers la victoire. Ce qui n'a pas suffi puisque même si Arsenal a gagné 2-0 au stade Louis II, les joueurs d'Arsène Wenger ne verront pas les quarts de finale cette année. Triste, mais pas abattu, le joueur a accepté de nous rencontrer pour une interview-vérité le lendemain du match avant de repartir pour Londres afin de retrouver son kiné préféré.

 

« Abou Diaby, bonjour, tout d'abord, souhaitez-vous revenir sur la rencontre face à l'AS Monaco ?

Bonjour... hum non pas spécialement. J'étais dans les tribunes et je me suis fait mal au dos... j'avais pourtant demandé au staff de me prendre un coussin pour que cela soit plus confortable, mais ils l'ont oublié. Du coup aujourd'hui au réveil, j'ai du appeler un ostéo pour qu'il me débloque le dos. Là, ça va un peu mieux c'est bon. Du coup, concernant le match, on a gagné, mais on est éliminé, c'est ça qu'il faut retenir. Une erreur de parcours, mais Arsenal reviendra plus fort c'est certain !

 

Et à part votre mal de dos, comment vous sentez-vous en ce moment ?

Ça va, ça va, je me suis cassé 3 doigts ce matin en voulant prendre des béquilles pour m'aider à supporter la douleur de mon dos, et je suis tombé en bloquant ma béquille dans le tapis de l'hôtel... mais ça va, on a évité l’amputation du bras, heureusement... car mes envies de changement auraient été ruinées...

 

Oui, revenons sur ce futur, selon la rumeur on dit que vous pourriez quitter Arsenal ?

C’est dans les papiers en effet, l’air anglais me file des rhumatismes de toute façon. Vous voyez, je peux (il essaye de tendre la jambe) aller jusque là, mais après… (il s’arrête quasiment de suite), ça craque… et bon, quand ça craque j’appelle la civière direct, on sait qu'il y a un truc qui va se barrer. Mais bon, ça va, ça va, je garde le moral comme toujours...

 

Oui c'est le principal... une préférence pour votre prochaine destination ?

Oh vous en demandez beaucoup (rires). À vrai dire, on est en train de parler d’un transfert au PPC, un club très réputé, et je sais qu'il est fait pour moi.

 

Au PPC ? Mais quel est ce club ?

Le PPC, c'est le Paris Pétanque Club ! Oui je veux quitter le monde du football, je suis lassé de tout, et ça fait un moment que ça me trotte dans la tête... les sports de boules, moi, ça m’a toujours passionné. J’ai gagné trois fois le challenge interprofessionnel du club d’Arsenal, donc on peut dire que j’ai une certaine légitimité dans le domaine. Battre Flamini, Rosicky et Sanogo… ce n’est pas à la portée de tout le monde, c’est une sacrée triplette, ils n’ont peut-être pas compris le concept du cochonnet, mais il faut les voir jouer ensemble pour comprendre…

 

Eux aussi prévoient de se mettre à la pétanque ?

Non, eux ils préfèrent jouer tranquillement pendant les temps libres ! D'ailleurs, par exemple, Flamini, avec ses origines gitanes, il impressionne plus avec une boule dans les doigts qu’un ballon dans les pieds. J'ai dû m'entrainer dur pour atteindre un bon niveau, et il m'a beaucoup aidé, je lui dois beaucoup. Tous ces moments passés à l'infirmerie m'ont permis, quand je pouvais utiliser mon bras, de bien m'entrainer vu que j'avais beaucoup de temps libres !

 

Vous n'avez donc aucune amertume à quitter le football comme cela ?

Non, non, ça me permettra de rester sur le carreau même après ma carrière de footballeur. C’est cool, car c'est un terme qui me correspond bien d'être sur le carreau... même Arsène Wenger m'a assuré que je serais un parfait tireur.

 

Une préférence donc, vous êtes plus tireur que pointeur ?

Ah oui, moi je tire, je tire tout ce qui bouge ! J’ai ce besoin là de tirer sans cesse ! C’est ancré en moi, il faut que je tire ! Au football, je n'aimais pas ça, car je me blessais tout le temps, mais à la pétanque je suis un AS !

 

Les blessures ne vous font pas peur ?

C’est sûr qu’il y a toujours un risque, l’autre fois je me suis claqué à la cuisse gauche en voulant tracer un arc de cercle pour savoir d'où on partait... mais bon, il ne faut pas que j'y pense...

 

Qu’est ce qu’on peut vous souhaiter pour ce nouveau challenge qui s’annonce ?

Et bien d'être compétitif direct, d'ailleurs je suis en essai actuellement avec le PPC, on va rencontrer l’équipe à Domenech dans les jours qui viennent. J’espère déjà qu’ils sortiront du bus, et puis bon, s'ils se présentent sur le terrain, j'espère que mes débuts seront victorieux et magnifiques. J'espère bien remporter La Boule d'Or un jour, c’est vraiment mon rêve absolu.

 

Croyez-vous vraiment en vos chances de remporter ce prestigieux prix ?

Vous savez dans la pétanque tout est possible, La Boule d'Or j’y crois dur comme fer, j’ai les capacités pour aller la chercher, et c'est les rêves qui font avancer et progresser de toute façon ! Évidemment, si la partie dure plus de 17 minutes, ça va être compliqué. À la pétanque c’est du fractionné, aller, retour, aller, retour, on fait plus d’une cinquantaine de mètres par match, et à haut niveau on frôle les 3 km/h... je me prépare donc à souffrir, mais je suis déjà prêt. Il faudra être costaud pour tenir, je crois que j’ai le physique pour. Je vous invite à venir me voir lorsque je commencerais officiellement ma nouvelle carrière... vous ne serez pas déçu !

 

Un mot en particulier à transmettre à vos fans pour finir ?

Ouais... euh... je voulais simplement dire à tous mes supporters, à mes fans, à ceux qui me suivent et me soutiennent, que voilà, malgré ma prothèse du pied de cet été, ma fracture de la rétine de cet automne, et ma rupture de la 4e cervicale de cet hiver, ça va, ça va... Je pense que cette fois-ci… ça va aller ! Alors si vous m'aimez vraiment, venez me voir jouer et me supporter à la pétanque ! »

 

Abou Diaby aurait donc trouvé un sport qui pourrait lui permettre enfin de pratiquer un sport sans se blesser. N'allons pas trop vite, mais espérons que les rêves du futur ex-joueur d'Arsenal se réalisent. Diaby a d'ailleurs annoncé qu'il pourrait dans le futur trouver un coéquipier pour continuer la compétition en doublette et participer à un maximum de concours de pétanques. Et le nom de son coéquipier pourrait bien être Yoann Gourcuff qu'il espère convaincre de le rejoindre un jour. Affaire à suivre donc...

 

 

Crédit photo : © L’Épique | Article lu 19548 fois

Dans le même theme

Ibrahimovic en a profité pour inviter Baysse à une journée Chasse, Pêche, Nature et Traditions

Montpellier : Louis Nicollin accepte le Paquito en pensant se faire offrir un simple jus d’orange

Avec son stade marabouté, Rennes condamné au match nul jusqu’à la fin de la saison

Commentaires

L'épique 21

Articles les plus lus

L'épique magazine - La une du jour