Vous êtes ici : Accueil

Publié le 18 Octobre 2014 à 10:28

Quand Nicolas Rainville confond les cartons et les Corons...

Elu homme du match à l'unanimité par tous les journalistes sportifs de l'Union Européenne à l'issue de Lens-PSG (1-3), Nicolas Rainville a pris le temps de réserver sa réaction en exclusivité pour L'Epique. L'homme en noir se confie sans artifice et en toute transparence.

Six petites minutes auront suffi pour que ce Lens-PSG bascule du côté obscur de la force. Entre la 53e et la 59e, Nicolas Rainville a été victime d'un moment d'absence, seul face à lui-même avec le bruit des mouettes en fond sonore. Certains diront que son cerveau s'est accordé une petite pause syndicale pour immortaliser quelques souvenirs au beau milieu de la pelouse du Stade de France. Mais, à en croire le principal intéressé, son trou noir est à mettre sur le dos de Colina, son chien et meilleur ami. « Je dois prendre ma part de responsabilité et reconnaître mes erreurs : j'ai oublié mon labrador dans le vestiaire à la mi-temps. Ce n'était pas mon intention de nuire à la qualité du spectacle », déplore celui qui a régulièrement les faveurs de la LFP et de la FFF, mais qui peine à convaincre son ophtalmologiste de sa bonne acuité visuelle.

 

Si Nicolas Rainville s'est laissé influencer dans sa prise de décision, on ne peut pas pour autant tout mettre à la charge de Colina. Les supporters des Sang et Or ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes si le garant des règles est passé au travers. Car c'est bien beau de faire un mur d'écharpes et de chanter du Pierre Bachelet, encore faut-il avoir une élocution impeccable... « J'étais ému quand les Ch'tis ont commencé à chanter : je croyais qu'ils voulaient des cartons. Je suis un peu dur de la feuille, il a fallu que mon assistant m'explique dans l'oreillette qu'ils parlaient des Corons», confesse l'arbitre le plus généreux de la Ligue 1 en matière de distribution de biscottes.

 

Nicolas Rainville, bien qu'il exerce le métier d'arbitre, n'en demeure pas moins un homme avec ses qualités et ses défauts, mais aussi ses peurs. Il le reconnaît volontiers, sa profession a un impact sur sa vie privée et cela amène à des situations cocasses. L'homme de 32 ans en couple avec sa dame depuis une petite décennie, assure que sa plus grande hantise concerne le contact physique, comme un enfant de choeur qui refuse de s'asseoir sur les genoux du curé. « Vous savez, je n'exerce pas un métier facile. Le week-end dernier, ma femme en a fait les frais : elle s'est approchée de moi, a commencé à me toucher et, par déformation professionnelle, je lui ai mis un rouge direct sans autre forme de procès », regrette le natif de Nîmes, qui a passé sa sixième nuit à dormir sur le canapé du séjour. Si seulement Edinson Cavani avait eu écho de cette situation, il aurait très certainement eu la présence d'esprit de ne pas se montrer tactile avec le gardien du jeu...

 

Néanmoins, Nicolas Rainville reste persuadé d'avoir réalisé une assez bonne prestation. Il est assez fier d'être le premier arbitre en France à ne pas avoir sanctionné Marco Verratti, toujours dans les bons coups quand il s'agit de remettre un joueur à sa place ou pour négocier un allégement de peine avec ses coéquipiers. « Si je n'ai même pas mis un carton jaune à Marco Verratti, c'est bien la preuve que j'ai encore le sens de l'humour et que je suis ouvert d'esprit », prévient celui qui sera sur toutes les langues dès lundi matin devant les machines à café. En espérant que sa maman n'ait plus les oreilles qui sifflent...

 

Crédit photo : © L’Épique.fr | Article lu 18588 fois

Dans le même theme

Découvrez l'avion de l'équipe de France pour le Mondial au Brésil !

Benzema peut compter sur le soutien de Ronaldo qui lui offre une voiture sans permis

Jean-Michel Aulas propose à Philippe Layat l'exploitation de la future ferme OL Land

Commentaires

L'épique 21

Articles les plus lus

L'épique magazine - La une du jour