Vous êtes ici : Accueil

Publié le 17 Février 2015 à 10:17

Tatouages : Valbuena aurait voulu être grand comme Ibrahimovic pour défendre des maladies

Comme toute personne de petite taille qui se respecte, Mathieu Valbuena avoue avoir un faible pour les tatouages d’un certain Malabar. Il espère un jour avoir la chance de pouvoir défendre une noble cause, mais ne se fait pas trop d’illusions...

Tags : Valbuena, zlatan, ibrahimovic, Mathieu, Tatouage, Football

Auteur : Guillaume Blanc

Les images de Zlatan Ibrahimovic exhibant ses tatouages sur son corps athlétique ont fait le tour du monde, au point de traverser l'Ukraine pour arriver en Russie et échouer sur l'écran de Mathieu Valbuena. La touche technique du Dynamo Moscou a salué l'initiative de l'attaquant du Paris Saint-Germain et s'est montré très admiratif des centimètres carrés épidermiques mis à la disposition par le Suédois pour faire passer un message fort. Néanmoins, l'ancien chouchou de l'OM sait qu'il ne boxe pas dans la même catégorie, pour son plus grand regret. « Ce n’est pas avec mon corps d’enfant que l'on va me proposer de rendre hommage à qui que ce soit. Il faut être lucide un instant : je n'ai pas un torse pour inscrire le prénom de tous ceux qui meurent de faim dans le monde ou qui sont touchés par le SIDA », a consenti Mathieu Valbuena, qui s’épile malgré tout le torse chaque matin, au cas où il aurait enfin une bonne raison pour se faire des tatouages.

 

Généreux sur le terrain comme dans sa vie quotidienne, Petit Vélo a de la suite dans les idées. S’il a conscience que ce ne sera pas grâce à son physique de Pikachu qu’Ebola ou le SIDA seront éradiqués dans le monde, il pense avoir un rôle à jouer pour des maladies plus confidentielles. Après avoir passé tout un après-midi à chercher sur Doctissimo son prochain combat, l’ancien Marseillais a fini par cibler deux ou trois maladies qu’il pourrait mettre en avant. « Pour être crédible à me tatouer le blase d’anonymes, il faudrait que je porte la cause d’une maladie orpheline. Ou alors je choisis Alzheimer : les victimes ne m'en voudront pas si j'oublie leur prénom », tempère le numéro 14 du Dynamo, qui sait déjà qu’il ne pourra pas parler d’Asperger pour ne pas s’attirer les foudres du puissant Vladimir Poutine.

 

Mathieu Valbuena, haut comme trois pommes s'il lève les bras et qu'il se met sur la pointe des pieds, a un temps envisagé de se trouver une autre partie de son corps à offrir pour la bonne cause. Or, il sait que ce n'est pas lui qui se fait appeler l'Anaconda de Kinshasa et qu'il n'aura aucune crédibilité à transformer son corps en espace publicitaire. « Si seulement la nature m'avait donné l'entre-jambes de Claude Makélélé, j'aurais pu inscrire 12 000 noms en Arial 14... », regrette Petit Vélo, toujours dépité quand il regarde sa petite crevette confortablement installée au fond de son caleçon Kahmo. Qu'importe, il pourra se féliciter que son club veuille toujours floquer son nom sur un maillot (une bonne cause en soi).

 

 

Crédit photo : © L’Épique | Article lu 19416 fois

Dans le même theme

Nantes - Kita : « On a pris Lenjani car il vient des Balkans et a de bonnes relations pour nous aider »

Les blessures, la réaction de l'entraîneur, le graphisme et gameplay... Découvrez les nouveautés de FIFA 15 !

Rennes envoie ses poussins dans un tournoi pour remporter son premier trophée depuis 1971

Commentaires

L'épique 21

Articles les plus lus

L'épique magazine - La une du jour