Vous êtes ici : Accueil

Publié le 24 Février 2015 à 12:59

Piri Weepu croyait arriver dans une station thermale en signant à Oyonnax

C'est sûrement le transfert le plus improbable de cette semaine en Top 14 ! En effet, le club d’Oyonnax a annoncé l’arrivée de l’ancien international All Blacks, Piri Weepu, dans ses rangs pour la saison prochaine. Mais après réflexion, le numéro 9 nous a avoué être déçu d'avoir atterri dans ce club...

Tags : Top14, Piri, Weepu, Oyonnax, All, Blacks, Rugby

Auteur : Paul M.

Très apprécié par les Français depuis la finale du Mondial 2011 après ses multiples échecs au pied où il avait failli nous donner la victoire, Piri Weepu arrive enfin en Top 14. Enchaînant les défaites avec son club actuel des London Welsh, le numéro 9 a donc décidé de quitter le championnat anglais pour le très célèbre Top 14, étant réputé pour être le meilleur Championnat du monde. Nous ayant accordé une interview, il s’est déclaré être déçu d'avoir choisi Oyonnax. À notre plus grande surprise...

 

« On m’a un peu survendu l’affaire »

 

Souffrant du mal du pays chez les London Welsh, l’ancien All Blacks a donc sauté sur la première occasion qui lui permettrait de quitter le club. Il nous explique ainsi : « On m’a présenté Oyonnax comme étant une station thermale à quelques minutes de la Suisse. J’ai donc imaginé un petit coin sympathique, où je pourrais terminer tranquillement ma carrière, évoluant en plus dans un club réputé du Top 14. » Mais ce week-end, une surprise de taille attendait Piri. En effet, afin de voir ses futurs coéquipiers à l'oeuvre, l’ancien All Blacks avait décidé de venir voir la rencontre qui opposait son futur club au Castres Olympique tout en visitant la ville qu'il avait hâte de découvrir. « Je crois que l'on m'a un peu survendu l'affaire pour me faire signer à Oyonnax. Une station thermale ? La seule station que j'ai vue c'est une station essence ! Et pire, quand j’ai vu le terrain, j’ai d’abord cru que c’était un champ de patate... mais dix minutes plus tard, non seulement le champ était toujours là, mais en plus, des joueurs avec un maillot aux couleurs douteuses ont déboulés, et le match à commencé... là j'ai commencé à avoir peur ! » Marquant une pause, il nous avoua enfin : « Je ne sais pas comment je vais faire... passer de la légendaire tunique noire de la Nouvelle-Zélande, à ce dossard... caca d’oie... non, je n’ose même pas l’imaginer... mais peut-être que c'est une couleur qui leur permet de garder leur maillot plus longtemps vu que cela ressemble à la couleur de leur champ de patate ! »

 

« Mon agent n’était pas là le jour de ma signature »

 

Le futur Oyoman nous avoue ensuite que, souffrant d’un mauvais rhume, son agent n’avait pas pu être présent au moment de la signature du contrat. « J’étais un peu déboussolé... d’habitude, c’est mon agent qui assure la traduction français-anglais. Mais là, c’est le boulanger des alentours qui a tenu à traduire. En fait, il ne parlait pas plus anglais que moi je ne parle français. Troublé, j’ai tout de même signé... je n'aurais pas dû faire confiance à mon agent qui m'avait vendu Oyonnax comme la cité des rêves, une ville parfaite pour finir tranquillement ma carrière... »

 

L’ancien international All Blacks a quand même tenu à relativiser. Nous déclarant que ça ne pouvait pas être pire que chez les London Welsh. Piri Weepu nous a aussi confié qu’il était heureux de pouvoir apporter son expérience professionnelle, et de vivre une belle aventure humaine au sein du club. Puis, avec un léger sourire, il ajouta : « Et il reste toujours la Suisse qui n’est pas loin. Je ne sais pas trop encore dans quel endroit je vais atterrir, mais je sais déjà où je vais pouvoir planquer mon salaire. Il paraît que c’est très répandu chez vous les Français... »

 

 

Crédit photo : © L’Épique | Article lu 50980 fois

Dans le même theme

Sébastien Chabal : " J'avais besoin d'un changement radical "

Les Chabal-ettes : le nouveau produit phare de la société Charal !

Stade Toulousain : Guy Novès plaque tout pour entraîner la sélection du Portugal !

Commentaires

Chrono sport

L'épique 21

Articles les plus lus

L'épique magazine - La une du jour