Vous êtes ici : Accueil

Publié le 04 Novembre 2014 à 17:59

La signature d'Adriano au Havre entre dans le cadre de sa thérapie

Alors que l'ancienne star Adriano est pressentie pour signer au Havre, le brésilien ne cesse de clamer que le club représente un tremplin idéal pour relancer sa carrière. Interrogé sur ses motivations, l'avant-centre brésilien avoue que le challenge sportif n'explique pas tout...

Tags : Brésil, Ligue2, Maillol, Havre, HAC, Adriano, Therapie, Football

Auteur : A.T.V.

Il fut un temps où l'attaquant Adriano était l'un des meilleurs à son poste. Ses années à l'Inter Milan figurent parmi les plus belles de sa carrière, malgré un déclin progressif dû à des sorties nocturnes trop fréquentes, des problèmes de dépression et un alcoolisme notoire. Le joueur s'est confié sur sa présence en France au journal brésilien O Globo : « Pour être honnête, je ne me souviens pas avoir signé de pré contrat, j'avais probablement trop bu ce soir-là. Je me souviens juste qu'un type souriant avec un accent bizarre m'avait fait signer plein d'autographes. Ce n'est que le lendemain matin, en cherchant ma flasque de whisky, que je me suis rendu compte que j'avais une copie froissée dans ma poche. Je n'avais jamais entendu parler de ce bled, j'ai commencé à paniquer » confie l'intéressé, corroborant les propos de Christophe Maillol, nouveau président du club havrais.


Présent depuis plusieurs jours en Haute-Normandie, le brésilien aurait pu ne jamais venir sans les conseils de son entourage : « J'ai d'abord songé à casser le contrat, mais je n'avais pas l'esprit clair. Je suis allé chez un ami, il m'a servi un verre et on s'est renseignés sur le club et la ville. Le club, ça allait, c'était une institution, le plus vieux club français il me semble, et jouer en Ligue 2, pourquoi pas, vu ma forme actuelle... Mais la ville, quelle horreur ! » Conseillé par son thérapeute, Adriano parvient toutefois à entrevoir le côté positif de l'affaire : « Mon médecin m'a dit que ça pouvait me permettre de soigner mes problèmes. Il m'a dit "Adriano, va là-bas quelque temps, et tu verras ce que c'est que déprimer. Crois-moi, tu reviendras plus fort, tu sauras prendre de la distance avec tes propres problèmes". Et il avait raison : la ville est moche, les gens sont tristes, il pleut tout le temps... » explique avec sincérité le joueur, ajoutant : « En plus, on a lu qu'ils avaient fermé toutes les boîtes de nuit du centre de la ville, et que la vie nocturne était complètement pourrie. C'était bon pour moi, je ne risquais pas d'être tenté de sortir la veille d'un match ! »


Pour autant, le brésilien avait besoin de quelques arguments positifs pour franchir le pas : « Le docteur m'a dit que je ne serai pas trop dépaysé là-bas, qu'il y avait aussi la mer et pas mal d'insécurité, comme à Rio. Et surtout, j'ai appris qu'il y avait des produits locaux sympas : le cidre, le pommeau, le calvados... J'étais curieux ! Maillol m'a même expliqué la coutume du trou normand. Moi je croyais que c'était Le Havre qu'on appelait le trou normand... »


Nul doute que le recrutement du brésilien, s'il se concrétise, sera une bonne chose pour redorer l'image du club et de la ville. Côté sportif, le doute subsiste : Adriano saura-t-il devenir la puissance du port du Havre ?

Crédit photo : © L’Épique.fr | Article lu 10116 fois

Dans le même theme

La LFP soutient le Bleuet en croyant soutenir les Bleuets et le geste de Kurzawa

Kinder s’apprête à lancer Kinder Valbueno, un biscuit pour les très petites faims

Des clubs de Ligue 1 pourraient intégrer une nouvelle ligue celtique en cas d'indépendance de l'Ecosse...

Commentaires

L'épique 21

Articles les plus lus

L'épique magazine - La une du jour