Vous êtes ici : Accueil

Publié le 18 Novembre 2014 à 17:36

OM : Bernard Tapie demande lui aussi à être placé en garde à vue

Il ne fait pas bon d’être président de l’OM. Après avoir placé en garde à vue Dassier, Diouf et Labrune, c’est au tour de Bernard Tapie de demander à être convié à cette petite sauterie entre amis...

Tags : Labrune, OM, Marseille, Tapie, Dassier, Diouf, Police, Football

Auteur : Guillaume Blanc

Les enquêteurs de la Sous-Direction de la lutte contre le Crime Organisé et la délinquance Financière (SDCOF) et de la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) ont décidé de mener une vaste opération contre plusieurs dirigeants de l'Olympique de Marseille. Sur les coups de 6h ce matin, les enquêteurs ont commencé leurs visites dans les domiciles plutôt huppés de Jean-Claude Dassier, Pape Diouf et Vincent Labrune. « Voir le club phocéen pointer en tête du Championnat de France, il y a forcément quelque chose de louche dans cette histoire », nous a confié Marcel Patulacci, brigadier-chef et agent de la paix avant tout, entre deux perquisitions matinales.

 

D’après nos informations, le SDCOF et la DCPJ reprocheraient aux dirigeants de l’OM d’avoir payé au prix fort un attaquant qui n’en est pas vraiment un et un défenseur qui ne l’a jamais été. Ils viseraient de manière très ciblée les transferts d’André-Pierre Gignac et de Souleymane Diawara. Pour Vincent Labrune, qui se montre plus que confiant dans cette affaire, il ne fait aucun doute que cette garde à vue est une forme de reconnaissance pour le travail accompli depuis tant d’années du côté du Vélodrome. « Si tu n’as jamais été placé en garde à vue durant ta présidence à l’Olympique de Marseille alors tu as raté ta vie. C’est dans l’ADN de l’OM de réaliser des transferts hasardeux et de pratiquer des mouvements financiers douteux », s’est réjoui l’actuel président de l’OM à notre stagiaire qui l’attendait à la sortie de l'Evêché, le commissariat central de Marseille, pour une pause clopes.

 

A l’inverse de son successeur, Pape Diouf n’était pas du tout préparé à se retrouver dans de tels tracas avec la justice française. L’ancien facteur ne pensait pas être réveillé en plein milieu de son sommeil comme s’il était un vulgaire trafiquant de shit dans une cité pourrie de la banlieue marseillaise. En tant qu’Africain d’influence, il s’imaginait vivre de jours heureux en se cachant derrière le prestige de France-Afrique. « Vous savez, quand on est noir et président, on est forcément coupable, mais nous avons toujours faire taire nos détracteurs en France », a regretté Pape Diouf, qui espérait bénéficier de l’immunité diplomatique, en arborant fièrement un tee-shirt de Malcolm X en guise de pyjama.

 

 

En fin stratège, José Anigo, qui a entendu des bruits de gyrophares en bas de chez lui, a pris la poudre d’escampette au moment où les enquêteurs venaient le cueillir. L’ancien directeur sportif de l’OM, qui a contribué aux venus d’André-Pierre Gignac et Souleymane Diawara, ne veut surtout pas expliquer à un magistrat qu’il est une imposture dans le milieu et qu’il a recruté ces joueurs pare qu’on lui avait demandé de le faire. Il regrette néanmoins de ne pas être parvenu à occuper le prestigieux poste de président de l’OM, lui qui a déjà eu toutes les autres casquettes dans le club, car il pense que cela aurait été la grande classe au moment de faire un tour en prison. « Si seulement j’avais été président, j’aurais pu entrer en prison par la grande porte », a regretté José Anigo, l’ancien directeur sportif de l’OM, qui aurait tant aimé montrer à son regretté Adrien que papa aussi est capable de se faire un nom dans le milieu.

 

Quelle ne fut pas la colère de Bernard Tapie en apprenant que des nigauds de la trempe de Jean-Claude Dassier, Pape Diouf et Vincent Labrune sont parvenus à être placés en garde à vue et pas lui. Il estime pourtant avoir un passé qui plaide en sa faveur et que, par correction, les enquêteurs auraient dû venir chez lui à toutes fins utiles. L’ancien patron d’Adidas se montre excessivement vexé et compte bien demander à Christiane Taubira des réparations pour le préjudice qu’il est en train de subir. « Qu’apprends-je ? On place en garde à vue des présidents de l’OM et on n’invite pas Nanard ? Je suis vexé. Pour l’ensemble de mon œuvre, les magistrats auraient dû penser à moi. Je sais faire la fête et j’ai encore des amis aux Baumettes », a pesté celui qui a déjà croqué 403 millions d’euros de la part de la patrie parce qu’il s’était fait avoir comme un bleu en business. L’homme d’affaires au passé controversé, qui a déjà mis dans sa valise une savonnette et un petit canard jaune, attend sagement derrière la porte que des enquêteurs viennent la défoncer pour qu’il puisse être entendu et envoyé au trou sans autre forme de procès.

Crédit photo : © L’Épique.fr | Article lu 9644 fois

Dans le même theme

Pierre Ménès : « Girard n'aurait jamais dû pisser dans mon seau lors du Loulou'Champagne Challenge... »

FIFA 16 : après les équipes féminines, EA Sports annonce un système de pots-de-vin inédit !

Affaire Ibrahimovic : des supporters furieux de ne pas avoir été les premiers à critiquer l'arbitre

Commentaires

L'épique 21

Articles les plus lus

L'épique magazine - La une du jour