Vous êtes ici : Accueil

Publié le 01 Novembre 2014 à 13:23

PSG : Adrien Rabiot prolonge par peur de se retrouver au chômage

Après des semaines âpres de négociations, une prise d’otages et des menaces de mort, Adrien Rabiot a enfin prolongé son bail au PSG jusqu’en juin 2019. En exclusivité pour L’Epique, le milieu de 19 ans raconte les raisons de son choix. Oui, l’argent y est pour beaucoup mais se cache aussi une formidable histoire d’amour...

Tags : PSG, Paris, blanc, Rabiot, Contrat, Football

Auteur : Guillaume Blanc

Annoncé depuis plusieurs semaines en Italie pour évoluer sous les ordres de Rudi Garcia, Adrien Rabiot a finalement, contre toute attente, accepté de prolonger son bail au Paris Saint-Germain alors qu’il ne lui restait plus que huit mois de contrat. Le milieu raconte qu’il a pesé le pour et le contre au moment de parapher les six pages que lui présentaient Nasser Al-Khelaïfi, Jean-Claude Blanc et Olivier Létang. Il assure avoir fait le choix du cœur et de la raison car il a conscience que tous les jeunes de son âge ne sont pas certains d’avoir une visibilité financière au-delà de l’année prochaine. « Le métier de footballeur est excessivement précaire. J’avais peur de me retrouver au chômage, condamné à manger des pâtes et à chercher un petit boulot dans une agence d’intérim », a reconnu Adrien Rabiot, soulagé de pouvoir dire à sa mère qu’il est bien parti pour réussir dans la vie et vivre de sa passion.

 

Si on a souvent reproché au joueur d’avoir pris le melon et de faire des choix uniquement en fonction de l’argent, Adrien Rabiot assume volontiers cette réalité, lui qui se refuse uniquement de travailler pour la gloire alors qu’il peut aussi croquer 3 millions d’euros par saison. Il s’est d’ailleurs attaché les services d’un fiscaliste pour avoir un autre avis que celui de Maman Rabiot. « Je me suis rendu à la banque en-bas de chez moi et j’ai demandé l’avis au conseiller qui était derrière le comptoir. Il m’a dit de signer coûte que coûte au PSG : c’est un bon employeur et ça rassure le propriétaire au moment de déposer un dossier pour louer un studio pourri dans la banlieue parisienne », nous explique le numéro 25 des Rouge & Bleu, ravi de pouvoir quitter le domicile familial, voler de ses propres ailes et pouvoir jouer à la PlayStation 4 sans se faire engueuler par sa mère après minuit.

 

Au-delà du critère purement financier, Adrien Rabiot a aussi accepté de prolonger son aventure au Parc des Princes car il a encore beaucoup de sentiments avec Paris. En effet, le garçon de 19 ans nous raconte avoir fait une incroyable rencontre cet été qui a bouleversé son existence. Alors qu’il chouillait au Club Med de Kemer, il a aperçu la ravissante Solène, une blonde qui enfile des jeans taille 34 et qui ne suce pas seulement des Mr Freeze. « J’ai rencontré cet été Solène. Elle a 18 ans, elle est belle et vient de commencer une école de commerce. Elle veut faire un master et en a au moins jusqu’en 2019. Je ne suis pas prêt à la larguer ou à vivre une relation à distance. Solène et moi, c’est du sérieux. C’est la femme de ma vie et la future mère de mes enfants », s’enthousiasme Adrien Rabiot avec des yeux qui brillent comme s’il venait de soulever la Ligue des Champions.

 

Longtemps placée sous le feu des projecteurs pour les mauvais conseils qu’elle prodige à son fils, Véronique Rabiot a pris conscience qu’il était dans l’intérêt de tous qu’elle se la mette en sourdine. Aujourd’hui, elle a quitté son rôle de conseiller pour endosser uniquement l’habit de la mère bienveillante, mais encore un chouia castratrice. « Aujourd’hui, je ne joue que le rôle d’une mère. Je me contente de lui donner mon avis uniquement sur sa façon de s’habiller, de se coiffer et sur les filles qu’il fréquente. Ceci étant, j’aurais préféré qu’il signe en Italie car je n’aime pas beaucoup Solène. Je pense qu’il mérite mieux », nous a confié Véronique Rabiot, à la fois émue mais déçue de voir son fils voler de ses propres ailes. De toute façon, Adrien Rabiot n’est pas dupe : quand on est un footballeur professionnel dans un club exposé médiatiquement, mieux vaut se préparer à verser un jour une pension alimentaire…

 

Si cet été Laurent Blanc n’avait pas manqué l’occasion de glisser un léger tacle à ses dirigeants, leur reprochant de ne pas tout mettre en œuvre pour conserver les meilleurs jeunes issus de son centre de formation, Nasser Al-Khelaïfi est heureux d’être parvenu à retenir l’un des plus grands espoirs du football français. Le Qatari, qui rêve de dénicher le Nouveau Messi, tiendrait peut-être en Adrien Rabiot sa fameuse pépite. « On n’a peut-être pas les finances pour se payer Eden Hazard ou Angel Di María. Mais je suis ravi de vous confirmer que le Qatar a encore les moyens de s’offrir un joueur de la trempe d’Adrien Rabiot », s’est emballé l’homme fort du PSG en nous glissant un clin d’œil et en brandissant une coupe de Ruinart. Désormais, si le PSG veut remporter la plus prestigieuse compétition européenne, il faudra compter sur le natif de Saint-Maurice.

 

Crédit photo : © L’Épique.fr | Article lu 24004 fois

Dans le même theme

Pour protester contre sa suspension, Zlatan Ibrahimovic prévoit de se rendre à la LFP torse nu

Carnet : tragique décès du barbier d'Alessandrini et Ribéry

Canal+ boycottera aussi l'OM et le PSG avec des coupures publicitaires pendant leur match

Commentaires

L'épique 21

Articles les plus lus

L'épique magazine - La une du jour