Vous êtes ici : Accueil

Publié le 06 Février 2015 à 09:09

Zoumana Camara reconnaît avoir eu sa chance au PSG en visitant la Tour Eiffel avec sa mère

Dans un long entretien accordé à notre rédaction de L’Epique 21, Zoumana Camara raconte comme jamais son incroyable parcours au Paris Saint-Germain. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le joueur déborde toujours d’ambition...

Tags : Ligue1, PSG, Paris, ibrahimovic, Tour, Zoumana, Camara, Football

Auteur : Guillaume Blanc

Dans un entretien diffusé hier soir sur notre chaîne L’Epique 21, Zoumana Camara (35 ans et toutes ses dents) revient longuement sur sa carrière parisienne depuis 2007. Le défenseur historique du PSG se dit surpris par une telle longévité, lui qui a signé dans le club de la capitale un peu par hasard. L’ancien joueur de Saint-Etienne raconte l’anecdote qui l’a amené à cirer si longtemps le banc du Parc des Princes. « J’étais venu à Paris pour rendre visite à ma mère et faire des photos à la Tour Eiffel. Je ne pensais pas qu’il y aurait des gens si cons qui paieraient une place pour me voir massacrer un ballon (rires). Et bien si ! Et je dois d'ailleurs dire merci à Sammy Traoré et Bernard Mendy, que j'ai croisés par hasard à l'époque près de la Tour Eiffel en train de parler avec mon cousin. Ils étaient surpris de me voir ici et voulaient absolument que je signe au PSG, et que je fasse quelques tests pour rassurer Paul Le Guen. Une chance que j'avais toujours un sac de sport dans ma voiture, car aujourd'hui je suis encore là », glousse le vétéran du vestiaire parisien, toujours fasciné par son cul bordé de nouilles. Il est persuadé qu’il est né sous une bonne étoile, car, s’il avait rejoint sa mère dix minutes plus tard, il n’aurait jamais pu être recruté et aurait fini vendeur de Tour Eiffel à la sauvette comme son cousin.

 

Présenté par les plus grands experts comme le Paolo Maldini du PSG, Zoumana Camara, qui trouve la comparaison peu flatteuse au regard de son immense talent, a pourtant donné la recette de son succès aux joueurs issus du centre de formation qui n’ont jamais voulu suivre ses conseils. Le secret d’une telle longévité se résume en un mot : persévérance. « J’ai eu cette conversation cet hiver avec Clément Chantôme. Je lui ai dit de rester le plus longtemps possible au Parc des Princes, on aurait fini par le considérer comme le Francesco Totti des Rouge & Bleu », remarque le natif de Colombes. D’ailleurs, Mamadou Sakho aurait très bien pu connaître la même destinée s’il avait décidé de ne pas faire du boudin après le recrutement d’Alex, Marquinhos et Thiago Silva : on parlerait de lui comme le John Terry du milliardaire et on l’appellerait Sir Mamad. Mais pour l’heure, seul Jean-Christophe Bahebeck est toujours en lice pour être le Raul parisien.

 

Les mauvaises langues diront que s’il est resté si longtemps au Paris Saint-Germain, ce serait parce que Zoumana Camara est ami avec Zlatan Ibrahimovic et qu’il joue un rôle de traducteur. Mais pour Papus, cette rumeur est infondée. « Je suis bon chasseur et bon ami, voilà tout. Et ne dites pas non plus que je reste au PSG, car Zlatan m'aime bien. Si je suis encore là, c'est que j'ai le niveau. Je suis un peu le dépanneur officiel du club ! », a admis Zoumana Camara avec une grande humilité qui ne peut que l’honorer.

 

Si Zoumana Camara revendique avoir officiellement 35 ans, bien qu’il ait falsifié son extrait de naissance et sa carte de cantine sous les conseils d’Ambroise Apoula Edel, il n’est pas dupe et ne veut surtout pas se mentir à lui-même. Il a conscience que ses os ne sont plus aptes à enchaîner dix tours de stade en une mi-temps et veut quitter le Parc des Princes par la grande porte (si possible avec un jubilé pour remplir la cagnotte de la mariée). Néanmoins, ce n’est pas pour autant qu’il va quitter ce milieu qu’il connaît trop bien. « Même si je ne veux pas faire la saison de trop, je me vois continuer dans le monde du football. Rester au PSG dans un rôle à la Makelele par exemple. J'en ai les capacités, même si j'avoue ne pas avoir l'atout masculin qu'il avait. Il était hors norme ce mec (rires). »

 

D’après une source interne au club, Nasser Al-Khelaïfi et Jean-Claude Blanc, inspirés par la jurisprudence Souleymane Diawara à l’OM, envisageraient de retirer le numéro 6 une fois qu’il aura raccroché les crampons pour que la malédiction cesse.

 

 

Crédit photo : © L’Épique | Article lu 15764 fois

Dans le même theme

Ben Arfa a accepté de signer à l'OGC Nice pour se rapprocher du Festival de Cannes

La maladie d’Alzheimer toucherait davantage les fans de football

PSG : les prénoms sur le torse de Ibrahimovic sont ceux des défenseurs qu'il a humilié

Commentaires

L'épique 21

Articles les plus lus

L'épique magazine - La une du jour