Vous êtes ici : Accueil

Publié le 04 Juin 2015 à 09:42

Roland-Garros : Tsonga suspendu pour avoir caché de la cocaïne dans ses Kinder Bueno blancs

La forme étincelante de Jo-Wilfried Tsonga à Roland Garros a attiré l’attention des enquêteurs de la lutte antidopage, et le test qu’il a subi à la sortie de son match contre Kei Nishikori s’est révélé positif à la cocaïne. Une vieille tendance dans le milieu du tennis hexagonal. Les analyses sanguines révèlent que les Kinder Bueno blancs dont se gave Jo étaient saupoudrés de cocaïne...

Tags : Tsonga, dopage, kinder, Bueno, Wawrinka, Roland-Garros, Nishikori, Tennis

Auteur : Antoine Sillières

Du Mans à Medellín, il n’y a qu’un pas. Ou plutôt quelques heures de vol, que se farcissait toutes les semaines un émissaire de Ferrero pour assouvir la consommation du poulain de la firme chocolatée. Car le cacao n’est pas la seule addiction de Jo. Fan de Kinder Bueno, où il ne se fait pas prier pour en faire la publicité, il trouve la martingale pour associer ses deux amours lorsqu’une déclinaison au chocolat blanc sort en 2008. Il demande alors à Ferrero France de lui réserver une partie de la production, et de remplacer les éclats de chocolat par de la poussière d’ange. Blanc sur blanc, l’affaire est dans le sac. D’autant que les Kinder lui sont livrés emballés, comme ceux disponibles en supermarché.

 

Mais toute escroquerie a une fin, et chaque parrain sa chute. Déjà en 2012, les enquêteurs de la lutte antidopage avaient épinglé Jo pour l’excès de résidus de noisettes dans son sang. Tenaces, et interpellés par l’éclatante forme du Français Porte d’Auteuil, ces derniers ont remis ça. Mais cette fois, ils lui sont tombés dessus avec une flopée d’éléments à charge. Outre les poèmes à la gloire de Tony Escobar et Pablo Montana gravés par Tsonga dans le casier de son vestiaire, c’est la playlist Soundcloud du joueur qui a mis la puce à l’oreille des enquêteurs. Au milieu des morceaux de Gangsta Rap, du Légalización de Ska-P ou du fameux Heroin des Velvet Undergroud, le célèbre I’m in love with coco a définitivement convaincu les enquêteurs de resserrer l’étau sur Jo.

 

« Jusqu’à présent, je tenais grâce aux Bueno », révèle Jo. « Il se trouve que la noisette masque particulièrement bien la cocaïne, un peu comme l’EPO ». Décidé à jouer la carte de la franchise, il enchaîne: « Ce n’est pas pour rien que je fais le mariole pour leur Kinder depuis des années. J’avais dit à Richard de faire pareil quand il s’est fait pincer. Il aurait dû signer avec eux ! Yeah ! I'm in love with coco (rires) ! »

 

Wawrinka a déclaré être soulagé de ne pas avoir à jouer son prochain match face à Tsonga, afin d'être à 100% pour sa finale. Une demi-finale qu'il gagne donc sur tapis vert... ou plutôt blanc pour l'occasion...

 

Crédit photo : © L’Épique | Article lu 47544 fois

Dans le même theme

Andy Murray veut créer une journée de la jupe... écossaise !

Richard Gasquet justifie son élimination à Paris par le mauvais grip de sa raquette

Jo-Wilfried Tsonga a eu recours à la chirurgie esthétique pour ressembler à Mohamed Ali

Commentaires

L'épique 21

Articles les plus lus

L'épique magazine - La une du jour