Vous êtes ici : Accueil

Publié le 05 Septembre 2014 à 13:39

US Open : Monfils déconcentré... par sa mère !

Au terme d’un matche épique, Gaël Monfils s’est incliné cette nuit en cinq sets face à Roger Federer, en quarts de finale du tournoi de tennis de l’US Open, après avoir pourtant mené deux manches à rien et s’être procuré deux balles de match dans le troisième set. Mais qu’a-t’il bien pu se passer pour que le Français laisse ainsi filer une victoire qui lui tendait les bras ? Gaël revient pour nous sur l’issue de ce combat homérique.

Tags : Monfils, federer, tennis, Tennis

Auteur : Jean-Pierre Christian

« Gaël Monfils, que de regrets à l’issue de cette rencontre…


Vous l’avez dit ! Ma maman devait être dans les tribunes pour assister au match, elle m’avait téléphoné la veille pour me dire qu’elle m’avait préparé un quatre-quarts pour mon goûter, mais au moment du départ, il y a eu des problèmes à Roissy, à l’embarquement, à cause d’un portique détraqué… Résultat, elle a raté son avion et a dû regarder le match sur Bein Sport 953…


Vous aviez le match en main et il vous a échappé...
A qui le dites-vous ! C’est trop bête, parce que quand j’ai eu gagné les deux premiers sets, j’étais sur mon petit nuage, et puis au moment d’un changement de côté, à 2-1 dans le troisième, j’ai reçu un texto de ma maman, qui me disait qu’elle était restée à Paris, finalement… Le coup de bambou ! Ça m’a fait un peu perdre le fil, après, j’arrivais plus à me rappeler si Roger il était bon du coup droit ou du revers, s’il servait à gauche ou à droite, s’il montait au filet ou bien s’il restait au fond du cours, bref, je m’emmêlais les pinceaux dans ma stratégie... En plus y’a mon coach qui gueulait en tribune, je comprenais rien à ce qu’il disait, je pensais à ma maman, que je profite pour embrasser bien fort si elle me lit… Je t’aime maman ! Non, sérieux, je l’adore, hein… Je pensais à elle et du coup j’étais déconcentré… D’ailleurs, j’avais même pas imprimé que j’avais des balles de match, sinon, j’aurais joué, vous pensez… J’aurais lobé, j’aurais sorti un passing, je sais pas… C’est vrai que c’est dommage, quand j’y repense…


Sportivement, que vous a-t'il manqué pour dominer Federer ?
Un vrai challenge à relever ! Honnêtement, je ne me voyais pas disputer une demi-finale à New-York sachant que ma maman ne serait pas là pour me voir jouer, parce qu’elle avait son rendez-vous chez l’ophtalmo, qu’elle avait déjà dû repousser y’a quinze jours à cause de mon parcours à Cincinnati…


Cincinnati où vous avez justement été dominé par ce même Roger Federer. Durant les dix rencontres qui vous ont opposé, il vous a battu à huit reprises. Est-ce à dire qu’il évolue un ton au-dessus de vous ?
Alors là ! Vous voulez que je vous le dise le problème avec Roger ? On le voit arriver sur le court, décontracté, zen, alors qu’il est systématiquement poursuivi par une meute de journalistes, de paparazzis, que le central est rempli pour lui, avec des spectateurs qui l’acclament à tout rompre à chaque instant… Lui, il est peut-être dans son élément, mais moi, c’est exactement l’inverse : j’aime les ambiances plus feutrées, bon enfant, vous savez, un barbecue chez mon oncle avec toute la famille, une ballade sur les quais de Seine avec ma maman, tout ça… Donc là, ces conditions de jeu, ce stade bondé, c’est hyper déstabilisant pour moi… D’ailleurs, je me dis souvent que si je jouais au foot, à Marseille ou à Bastia, par exemple, je pourrais au moins de temps en temps disputer des rencontres à huis clos, avec juste les proches dans les tribunes… Mais bon, pour faire footballeur, il est un peu tard… En plus, honnêtement, j’crois pas que ma mère elle serait très fan ! Elle aurait trop peur que je me prenne un coup de boule !


Vous êtes très proche de votre mère, en fait ?
Ouais, ouais, c’est assez vrai, en définitive ! Bonne analyse ! On est super proches et c’est pour ça qu’on se comprend mieux que personne d’autre ! Avec Dominika (la conjointe de Gaël Monfils, NDLR), des fois, y’a des gènes, des incompréhensions, on n’arrive pas à se dire les choses, on s’engueule… Avec maman, jamais… Enfin ceci dit, là, j’vais quand même avoir du mal à lui dire que j’ai pas réussi à lui récupérer les bracelets-éponge de Roger, parce qu’elle fait la collec’… Il les a lancés au public avant que j’aie le temps de les lui demander… Mais bon, je crois pas qu’elle m’en voudra, au final ! »

Crédit photo : L'Epique.fr | Article lu 8968 fois

Dans le même theme

Marion Bartoli veut reprendre la compétition pour jouer uniquement avec son bras gauche

Coupe Davis : Arnaud Clément alignera deux joueurs pour affronter Federer

Blessé aux abdominaux, Richard Gasquet ne doit plus rire s'il veut un jour reprendre la compétition !

Commentaires

L'épique 21

Articles les plus lus

L'épique magazine - La une du jour