Vous êtes ici : Accueil

Publié le 09 Septembre 2014 à 12:12

Après la boxe et le cinéma, Brahim Asloum s'attaque à un nouveau défi

Retiré des rings depuis 5 ans, Brahim Asloum est aujourd’hui acteur de cinéma. Cependant, le champion olympique de Sydney se tient prêt à démarrer une nouvelle carrière sportive… en cyclisme...

Au cours de la 16e étape du Tour d’Espagne, deux coureurs en sont venus aux mains. Ivan Rovny (Tinkoff-Saxo) et Gianluca Brambilla (Omega-Pharma Quick Step), sans descendre de leurs vélos, se sont échangé coups de coude et coups de poing pour une sombre histoire d’images Panini que l’un avait promis à l’autre. Quoi qu’il en soit, les commissaires de course ont décidé d’exclure les deux sportifs. Pourtant, cet évènement a fait ressurgir le débat. Doit-on accepter les échanges physiques entre coureurs ? Les observateurs ont souvent remarqué la brutalité de Mark Canvendish dans les sprints massifs, souvent à la limite de l’exclusion. Brian Cookson, président de l’UCI (Union Cycliste Internationale, NDLR) donne quelques pistes de réflexion : « aujourd’hui, dans un cyclisme de plus en plus physique, nous nous tournons vers une banalisation de l’utilisation du haut de son corps pour faire la différence en pleine course. En 20 ans, les rugbymans sont devenus des armoires à glace. Dans le foot, ce ne sont plus des athlètes, mais bien souvent des joueurs musculeux. Je pense que le cyclisme doit faire son aggiornamento et autoriser les coups de coude. Aujourd’hui, les casques sont obligatoires. On pourrait imaginer les coureurs porter des genouillères et coudières pour parer les chutes qui seront évidemment plus nombreuses. Ce point de règlement permettra aux téléspectateurs de ne plus s’endormir par exemple sur une étape de plat entre Châteauroux et Limoges lors du tour de France. »

 

Brahim Asloum convoité et très intéressé par ce nouveau défi

 

Champion du monde WBA en 2007, Brahim Asloum a été approché par de nombreuses équipes du ProTour. Parmi elles, celle de la FDJ.com. Si Thibaut Pinot a fait excellente figure lors du dernier Tour de France, le sprinter Arnaud Démare a déçu. Pire, la non-sélection pour la Grande Boucle de Nacer Bouhanni – qui a pourtant gagné plusieurs étapes sur le Giro et la Vuelta – a poussé ce dernier vers une autre équipe professionnelle. Marc Madiot, manager général de l’équipe, s’est livré à l’Epique pour revenir sur cette folle rumeur. « Si les échanges de coups sont tolérés au sein du peloton, nous aurons besoin de gros bras pour faire le ménage, notamment pour préparer les sprints. Nous avons bien vu pendant la dernière édition de la Grande Boucle qu’Anaud était limité dans les arrivées très massives du meilleur niveau mondial. Il n’aime pas « frotter » avec ses concurrents. L’idée serait d’écarter les rivaux pour permettre à notre sprinter d’être dans les meilleures conditions sur sa rampe de lancement. Si l’autorisation de l’UCI se confirme, nous engagerons Brahim Asloum pour faire le travail dans les 10 derniers kilomètres. » Les puristes verront une modification forte de leur sport et trouveront forcément à redire sur la modernité. Quant aux partisans de l’utilisation de la violence, ils pensent déjà à proposer l’utilisation de voitures kamikazes pour enrayer une échappée trop dangereuse. Une information pour l’instant non commentée par l’UCI.

 

Crédit photo : © L’Épique.fr | Article lu 13836 fois

Dans le même theme

Super Bowl : W9 bouleverse ses programmes pour vous apprendre les règles avant le show

Finistère : pris de convulsion et de diarrhée, un cycliste continue sa course et remporte la victoire

Florent Manaudou, la nouvelle attraction de Marineland !

Commentaires

L'épique 21

Articles les plus lus

L'épique magazine - La une du jour