Vous êtes ici : Accueil

Publié le 10 Février 2015 à 13:09

Musée Grévin : Ibrahimovic veut d'autres clones pour créer le Paris Saint-Zlatan

Zlatan Ibrahimovic était présent hier soir au Musée Grévin pour nous présenter son premier clone de cire, mais également le Paris Saint-Zlatan, un nouveau club de football construit autour de sa personne. Il assure même que ses clones seront meilleurs que Cavani, Lavezzi, ou encore Lucas. Explications...

Tags : interview, PSG, Paris, zlatan, ibrahimovic, Musée, Grevin, Football

Auteur : Guillaume Blanc

Après David Beckham qui rêve d’une franchise en Major League Soccer, c'est au tour de Zlatan Ibrahimovic de vouloir garder plus qu'un pied dans le monde du football. L'attaquant du Paris Saint-Germain, qui sera en fin de contrat en juin 2016, aimerait contrôler un club de football bâti autour de sa personne et est persuadé qu’il peut nourrir de grandes ambitions. « Je rêve d'un club de football à mon image, tout simplement. Puissant, ambitieux et charismatique : voilà comment je le définirais », a reconnu le joueur vedette des Rouge & Bleu lors d’un dîner organiser hier soir dans un restaurant au cœur de la capitale. Narcissique jusqu’à la pointe des cheveux, le Suédois n’a pas mis deux minutes pour trouver le nom de son futur club : ce sera le Paris Saint-Zlatan et rien d’autre.

 

Inévitablement, la présence de Zlatan Ibrahimovic au Musée Grévin était surtout un moyen de faire un point sur la recherche. Le Suédois, qui a dû attendre huit mois pour voir le premier exemplaire de son clone, est ravi du résultat qui est très proche de la réalité. Il sait qu’il ne lui manque plus que huit copies pour enfin avoir une équipe plus que compétitive. Pour lui, il est tout simplement inenvisageable de construire une grande équipe sportive à Paris en refaisant les mêmes erreurs que Leonardo, à savoir recruter des joueurs moins bons que lui tels qu’Edinson Cavani, Ezequiel Lavezzi ou Lucas Moura. « Avec dix Zlatan en joueurs de champ, j'ai la certitude que les passes arriveront à bon port et que le ballon finira au fond des filets », se félicite Zlatan Ibrahimovic, qui en a marre de s’embrouiller avec ses coéquipiers durant la rencontre.

 

Au Paris Saint-Zlatan, comme son nom l'indique, toute l'équipe tournera autour de la star suédoise. Mais le Parisien a conscience que son club va devoir s'ouvrir au monde, car il n'a pas l'âme d'un Mormon et qu'il n'a pas du tout envie d'aller dans les buts, même s'il peut être goal volant. Ce sera d’ailleurs le seul poste qui sera ouvert au grand public puisque tous les autres seront exclusivement réservés à Zlatan Ibrahimovic ou au pire, à son très proche entourage. « Je recherche surtout un gardien de but. Je ne veux pas le meilleur gardien du monde, l’équipe sera suffisamment compétitive pour ne pas avoir à dépendre du dernier rempart », prévient l’ancien buteur du Milan AC, qui pourrait être tenté de recruter Geoffrey Jourdren juste pour la déconne.

 

D'ailleurs, le PSZ ne peut pas compter plus de dix Zlatan dans l'effectif : il est hors de question qu'un Zlatan aille s'asseoir sur le banc. Dans son projet, Zlatan Ibrahimovic prévoit de cloner des Lionel Messi pour pouvoir les garder sur la touche, histoire de faire le nombre et lui donner un rôle du sparring-partner. « Il me faut sept bons joueurs pour mon banc des remplaçants. J’ai côtoyé un petit Argentin quand je jouais à Barcelone qui collerait parfaitement au projet », assure le numéro 10 du PSG qui ne veut pas citer son nom pour lui faire sa publicité.

 

Bien évidemment, pour entraîner une équipe de Zlatan, il n'est pas question de confier le banc de l'équipe première à n’importe quel entraîneur. Forcément, Laurent Blanc n’a donc pas sa place dans ce projet. Cependant, un coach du calibre de Josep Guardiola pourrait avoir une carte à jouer, bien que le Suédois garde une profonde amertume contre son ancien entraîneur au FC Barcelone. S’il ne veut pas pour autant lui claquer la porte au nez, il sait qu’il peut encore lui rendre quelques services et lui éviter de payer une baby-sitter. « Au mieux, si Josep veut venir au Paris Saint-Zlatan, il sera toujours le bienvenu pour coacher mes fils Maximilian et Vincent qui seront les seuls à pouvoir jouer dans l'équipe de jeunes », propose le joueur de 33 ans qui a des idées bien précises pour mener à bien son projet. Mino Raiola, qui gère la carrière de Zlatan Ibrahimovic depuis leur rencontre aux Pays-Bas, tiendrait la corde pour devenir manager général tandis que Sherrer Maxwell pourrait jouer un rôle d'ambassadeur au Brésil.

 

Actuellement au PSG, Zlatan Ibrahimovic ne veut surtout pas que le PSZ devienne un club rival. Il espère convaincre son ami qatari de participer à la création de ce nouveau club de football en Ile-de-France, car il est persuadé qu’il pourra remporter la prestigieuse Coupe aux Grandes Oreilles à partir de 2017. Mais pour atteindre ce but, il faut quand même une belle enveloppe… « Si Nasser veut remporter un jour la Ligue des Champions, il peut toujours voir avec Mino pour s'offrir toute la collection Mona Lisa... », lâche le Suédois, qui a besoin d’au moins 150 millions d’euros de masse salariale pour rémunérer tous ses Zlatan de la même manière.

 

Découvrez en vidéo la réaction du premier clone de Zlatan Ibrahimovic au musée Grévin :

 

 

 

Crédit photo : © L’Épique | Article lu 18088 fois

Dans le même theme

L'UEFA a perdu plus de 50 000 euros à cause de la coupe de cheveux de Marek Hamsik

Justice : après la Porsche de Valbuena, les huissiers ont saisi toute sa collection de Tintin

Cristiano Ronaldo : « C’est le cri que je pousse quand je viens d’avoir un orgasme »

Commentaires

L'épique 21

Articles les plus lus

L'épique magazine - La une du jour