Vous êtes ici : Accueil

Publié le 22 Novembre 2014 à 21:11

Coupe Davis : François Hollande a empêché Jo-Wilfried Tsonga de jouer le double

Menée 2-1, l’équipe de France doit obligatoirement gagner les 2 simples de dimanche si elle veut décrocher le 10e saladier d’argent de son histoire. Le numéro 1 français Jo-Wilfried Tsonga était pressenti pour jouer le double, mais au dernier moment c’est Julien Benneteau qui a été choisi. Explications...

Tags : Coupe, France, Tsonga, Davis, federer, Forfait, Suisse, Tennis

Auteur : Clément Chapusot

Dès la fin du double, le capitaine de l’équipe de France Arnaud Clément s’est montré rassurant « Tsonga n’a aucun pépin musculaire et pourra jouer demain ». Certes, mais si l’état de santé de Tsonga est optimal, pourquoi n’a-t-il pas joué ? Pour répondre à nos questions, nous nous sommes mis à la recherche du numéro 1 français. Après un quart d’heure de marche haletante dans les travées du stade Pierre Mauroy, nous avons aperçu Tsonga, la mine déconfite, adossé au distributeur de gourmandise. Pas de partage comme dans la célèbre publicité, mais plutôt une peur du président de la République, présent au stade de Lille.

 

La venue de François Hollande coute cher au français

 

« Lorsque j’ai vu François Hollande dans les tribunes, j’ai cru qu’il était accompagné d’agent du Fisc français » nous confie-t-il. Face à notre incompréhension, Jo poursuit : « J’ai lu dans les journaux que l’évasion fiscale est un problème pris très au sérieux par le gouvernement français, alors vous comprenez, moi qui suis domicilié en Suisse (à Gingins, NDLR) je n’ai pas voulu me faire remarquer. » Le président a d'ailleurs rencontré en privé le tennisman pour lui dire qu'il l'avait a l'œil, et que s'il ne voulait pas de poursuites, il devait déclarer forfait pour le double. « On a fait croire que j'avais une douleur au coude du coup », nous avoue-t-il. François Hollande a tout de même souligné à Tsonga, que grâce à son forfait, la Suisse gagnerait facilement, ce qui lui permettrait de soigner ses relations avec la Suisse. Tsonga a même soigné les détails pour faire croire à une déroute morale : « J’ai réussi à pleurer durant la Marseillaise, j’espère que tout le monde croit que je suis un patriote ! » Compétiteur dans l'âme, il a tout de même hâte d'être demain pour enfin jouer : « demain, je vais tout casser ! Même si je ne peux pas manger de Kinder Bueno avant mon match, puisque le président a vidé notre distributeur avant de partir ! Sans même partager ! (rires) »

 

Plus de peur que de mal donc pour le numéro 1 tricolore, qui a permis à notre président de soigner ses rapports avec la Suisse, tout en prenant soin de ses calories...

 

 

Crédit photo : © L’Épique.fr | Article lu 14372 fois

Dans le même theme

Marion Bartoli veut reprendre la compétition pour jouer uniquement avec son bras gauche

Son coup droit retrouvé, Andy Murray anticipe sa lune de miel pour redécouvrir une autre efficacité

Richard Gasquet justifie son élimination à Paris par le mauvais grip de sa raquette

Commentaires

L'épique 21

Articles les plus lus

L'épique magazine - La une du jour